< Retour à la liste des traductions

Untold Tales - Les apocryphes





Le conte de l'Appel Sans Réponse


Chaque jour notre compréhension de l’univers se renforce à mesure que de nouveaux mystères sont révélés, cela change notre perception aussi indéniablement que des grains de sable glissant dans un sablier. Il semble trop souvent que notre compréhension ténue de la réalité n’est seulement fixée dans le temps que par les sombres ombres de notre conscience collective. C’est là que nos chuchotements oubliés font écho à la frontière de notre entendement, attendant d’être écoutés. Ce sont les Untold Tales.



Aujourd’hui nous voyageons dans le système Bremen, où le 20 juin 2941, la mercenaire indépendante Sera Misagaru naviguait tranquillement le long des voies de navigation entre Rytif et Bremen III, cherchant un travail, quel qu’il soit. Durant les 6 derniers mois, d’après ce que l’on sait, Sera offrait son assistance aux vaisseaux qui se trouvaient dans le besoin. Bien que Bremen soit considéré comme un système sûr, ceux qui vivent en traversant le noir apprennent rapidement que, dans l’espace, la sécurité est une notion toute relative. Ce qui avait commencé comme une simple opération de routine au milieu du flux de commerce devint cependant tout autre chose.



SERA MISAGARU : Cela semblait être un travail assez simple. Je veux dire qu’à l’époque, je n’y ai même pas réfléchi à deux fois. Le message est apparu sur les panneaux exactement comme on pourrait s’y attendre. Un pauvre capitaine s’était aventuré un peu trop loin des sentiers battus, en espérant sans doute gagner du temps, et il s'était retrouvé au milieu d’un essaim de vaisseaux hors-la-loi. Pas envie de tergiverser avec ce genre de contrat, et ce n’est pas seulement pour l’argent. Quand vous vous retrouvez là-bas et que vous gardez votre tête sur les épaules, vous pouvez réellement sauver des vies.



Sera accepta le contrat et se précipita vers les coordonnées transmises par le vaisseau en détresse. En arrivant, le mercenaire s’était préparé à se battre contre une flotte de vaisseaux hors-la-loi mais, au lieu de cela, une surprise l’attendait.



SERA MISAGARU : Il n’y avait rien.



Sera Misagaru était simplement devenu le dernier pilote à répondre aux critères de ce qui est maintenant connu sous le nom d' « appel sans réponse ».



SERA MISAGARU : Pas une épave. Pas un bout de débris. Pas même quelques rochers flottants. Rien. J’ai lancé un scan. Après avoir réalisé un balayage large afin d’être sûre qu’il ne s’agissait pas d’une embuscade, j’ai alors resserré le faisceau et lancé un scan détaillé juste pour être certaine de ne pas avoir raté quelque chose. Et non, toujours rien. Quand je dis qu’il n’y a avait rien là-bas, je le pense vraiment. La chose la plus étrange ? Aussitôt arrivé, le contact a disparu du mobiglass. C’était comme s’il n’avait jamais existé.



En tout, durant le dernier siècle, quatorze rapports de pilotes ont répondu à l’appel à l'aide du capitaine du Solomon. Ils ont tous rapporté la même chose : un vaisseau dans le besoin, le contrat accepté et la découverte de l’espace vide qui les attendait à la fin.



SERA MISAGARU : Au début j’ai pensé que c’était un imbécile qui essayait d’étaler ses chagrins, donc j’ai contacté le bureau de la guilde locale à ce sujet. Mais ce n’était pas ça, mais bon, vous savez, parfois ils entendent de ces choses. J’ai donc commencé par leur dire ce qu’il s’était passé, et le chef a simplement hoché la tête. Ils connaissaient déjà cette histoire. Il s’avère que plusieurs mercenaires avaient déjà essayé d’aider le Solomon.



Vaisseau transporteur géré et appartenant au Capitaine Laramy Stevens, le Solomon a passé une quinzaine d’années à travailler laborieusement et honnêtement autour de Rytif. Puis, le 21 octobre 2794, le vaisseau a disparu. Nous avons parlé à l’associée de l’assurance ProtLife Genevièvre Atrellia afin d’en apprendre un peu plus sur le sort tragique du Solomon.



GENEVIEVE ATRELLA:GENEVIÈVE ATRELLIA : Malgré tout ce que les gens peuvent dire, le Solomon a été détruit en 2794. C’est un fait. Nos dossiers montrent qu’un vaisseau de sauvetage a récupéré la boite noire du Solomon dans une partie éloignée du système Bremen et l’a rendu aux autorités locales, qui nous l’ont alors remise. Les données sur l’enregistreur de vol ont montré que le vaisseau revenait chargé de minerai en provenance d’un lointain poste minier sur un astéroïde quand il a été attaqué par des hors-la-loi non identifiés. Malheureusement aucune arrestation n’a jamais été faite concernant cette affaire.



Non seulement les hors-la-loi n’ont jamais été retrouvés, mais il en va de même pour le Solomon ou son capitaine. Excepté la boite noire, aucune trace duSolomon ou de Stevens n’a jamais été découverte. Comment la boîte noire a pu être retirée du vaisseau ? Il avait été attaqué, pourquoi n’y avait-il pas de traces ou n’importe quoi d’autre dans tout le système ?



GENEVIEVE ATRELLA : Personnellement je ne crois pas trop au fait qu’aucune épave ou corps n’a été retrouvé. Je veux dire, peut être que les gens qui l’ont attaqué ont pris le vaisseau avec eux. Peut être dérive-t-il au loin. Peut être que le sauveteur qui a découvert la boîte noire mentait. Cela aurait pu être un pilleur d’épave sans scrupule qui est arrivé en premier sur les lieux. Il a pu se passer plein de choses différentes.



Mais ne saurons nous jamais ce qui s’est réellement passé ? Alors qu’il y a déjà des tas d’explications valables, rien n’aide à révéler la véritable source de ces messages ou la raison pour laquelle cette source continue à les envoyer une décennie après ? Se pourrait-il que Laramy Stevens tente toujours de demander de l’aide ?



TOLOMER WINSOME : Je pense que le Solomon est coincé quelque part. Je ne sais pas où. Peut-être dans une autre dimension de l’espace ou quelque chose comme cela. Ne vous méprenez pas je ne suis pas un scientifique, mais je sais qu’il y a quelque chose dans l’univers que nous ne pouvons pas voir avec nos propres yeux.



La plus ancienne personne vivante ayant expérimenté l’appel sans réponse, Tolomer Winsome a entendu le message en 2843.



TOLOMER WINSOME : J’ai reçu l’appel de détresse et je me suis précipité comme toute autre bonne personne l’aurait fait. Après n’avoir rien trouvé, je ne pouvais pas y croire. J’ai découvert que d’autres personnes avaient également entendu l’appel. Les messages étaient différents à chaque fois, avec des coordonnées différentes, mais c’était toujours le Solomon et toujours le capitaine Stevens. J’y suis retourné chaque année depuis pour faire des recherches mais je n’ai encore rien trouvé ni même ré-entendu le message. En plus, m’imaginer être à sa place, perdu comme ça... J’en ai des frissons dans le dos à chaque fois que j’y pense. C’est ce qui me fait continuer.



SERA MISAGARU : Je me suis rendu là bas quelques fois avec Tolomer. En général un ou deux autres le font aussi. Une fois que vous avez entendu le message, vous ne pouvez plus l’oublier. Nous sommes tous des gens qui aimons aider notre prochain, c’est pour cela que nous répondont en premier lieu aux appels. On s’imagine que ca vaut la peine de continuer à chercher, juste au cas où.



C’est ainsi que la recherche du Solomon continue et que le nombre de questions augmente. Nombreux sont ceux qui ont supposé le signal n’être qu’une sorte de blague cruelle. Mais pourquoi risquer tous ces problèmes ? Quel en serait le gain ? Le Capitaine Stevens est-il toujours là-bas ? L’appel sans réponse est-il juste un bug ? Dans le prochain épisode de Untold Tales, nous parlerons avec l’experte informatique Johana Quint et nous verrons ce qui se passe quand quelqu’un essaie de remonter à la source de ce mystérieux signal.



JOHANA QUINT : Je n’ai jamais rien vu de pareil.



Cela et bien d’autres choses dans le prochain épisode d’Untold Tales.



Source de cet article | Traduit par WRichter, relu par Lutenar
©2017 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)

Bienvenue sur le site de la TradTeam !

Vous trouverez ici l’actualité de Star Citizen traduite en français.

Vous pouvez soutenir notre initiative en votant sur le Community Hub ou en contribuant directement via notre Tipeee !