< Retour à la liste des traductions

B0otyCall : Petite prise







<< // INTERRUPTIONDE LA COMMUNICATION SÉCURISÉE //


// SIGNAL NON-AUTORISÉ >>


< SIGNAL TROUVÉ >


< DÉBUT DE TRANSMISSION >


Écoutez bande de scélérats, Jester est de retour et prêt à décharger les informations directement dans votre petit crâne.



Commençons par célébrer ce fort en gueule, le capitaine Bane.



< applaudissements lents et sarcastiques >



Il est le candidat favori pour le titre du "Hors-la-loi le plus incompétent de l’année”. Sérieusement, les gars, tout le monde devrait étudier ce que cet idiot a fait pour apprendre exactement ce qu'il ne faut pas faire lors de vos prochains raids. Si vous ne le saviez pas déjà, cet idiot a ciblé un gros chargement de Nox provenant de l’espace slink juste avant qu’il ne soit vendu. En plus de l’idiotie d’attaquer un chargement pour lequel beaucoup, beaucoup de gens travaillant dans la sécurité avaient des intérêts, le capitaine Bane n’est pas arrivé à faire taire le système de communication du transporteur avant qu’il n’ait eu le temps d’envoyer un signal de détresse.



Pour corser les choses, il n’avait même pas engagé assez de personnel pour faire le boulot. Il n’y a rien de plus ridicule qu’un hors-la-loi envoyant un signal pour demander de l’aide pour capturer un vaisseau. Quelle que soit la façon dont on peut le tourner, ce n’est pas un cri de ralliement, c’est juste un cri !



N’importe quel hors-la-loi avec la moitié d’un cerveau sait qu’il ne faut pas foncer aveuglément dans une situation inconnue. Ça revient à prendre un ticket direct pour se faire réduire en morceaux ou se faire chopper par les autorités.



Quoi qu’il en soit, capitaine Bane, je ne suis pas sûr que ce signal arrive à vous atteindre dans la cellule où vous vous trouvez actuellement prostré, mais merci quand même du fond du cœur d’avoir éclairé ma journée avec vos escapades dans le monde de la médiocrité. Non seulement vous m’avez bien fait rire, mais votre maladresse m’a donné l’opportunité parfaite de faire un bon pillage. Du coup, si vous sortez un jour de prison, faites-le moi savoir et je vous paierai un verre.



Sans blague. Les gens comme le capitaine Bane ont un rôle important dans l’écosystème des hors-la-loi. Nous avons besoin de petits poissons comme ça pour attirer l’attention des autorités et des gens bien pensants, afin que nous, les gros poissons, puissions avoir assez d’espace pour manœuvrer. Il n’y a pas de meilleur moment pour aller à gauche que quand tout le monde regarde vers la droite.



Voyez-vous, je venais d’arriver dans le système Baker quand le capitaine Bane a allumé le ‘feu de joie’ de son raid. Quand j’ai entendu l’appel de détresse de ce transporteur et l’appel d’aide du capitaine Bane pour arriver à le prendre, j’y ai vu une opportunité prête à être saisie.



À ce moment, je recherchais ce vaisseau avec qui j’étais en affaires. C’était un véritable vaisseau de transport légitime, avec tous les papiers, un capitaine digne de confiance, qui n’était pas contre des petits extras et qui possédait une cale de contrebande sacrément utile. Une opération “triple-A”, donc ça m’a drôlement secoué quand il n’est pas arrivé au rendez-vous fixé.



Pour envenimer encore plus les choses, je reçois quelques heures plus tard une info concernant précisément un objet que j’avais si précautionneusement caché dans ladite cale, précisant que ce dernier était désormais en vente sur le marché noir, attendant la meilleure offre. J’imagine qu’ils espéraient le vendre avant même que je ne sois au courant qu’il ait disparu.



Aucun de mes contacts n’a su me dire qui avait attaqué le transporteur, donc j’ai décidé de le découvrir moi-même. J’aurais pu obtenir quelques informations en cherchant à faire un peu pression sur eux, mais ces bâtards m’auraient juré leurs grands dieux être innocents. Ils m’auraient sans doute raconté une histoire à moitié incroyable, ce qui m’aurait emmené sur un chemin semé d’impasses.



Non si je voulais savoir rapidement ce qu’il était réellement arrivé à ce vaisseau, et bien il fallait que je le retrouve et que je mette la main sur sa boite noire. Puis, je pourrais vérifier les logs pour voir à qui ma colère était destinée.



Enfin, si la boite était toujours là. Ce serait un peu long, bien-sûr, mais vous me connaissez, je ne suis pas du genre à laisser tomber ma rancune pour un peu de travail difficile.



J’ai traqué le vaisseau à partir du moment où il avait été aperçu la dernière fois et j’ai remonté la piste jusqu’ici aussi rapidement que j’ai pu. J’ai suivi sa route, en faisant des scans détaillés afin de rien rater. Finalement, je suis arrivé dans un secteur du système où l’ECN était en panne - ce qui est classiquement le signe que quelque chose de louche se trame. J’ai concentré mes scans là et j’ai finalement obtenu un écho qui paraissait prometteur.



J’étais sur le point de fondre sur ces coordonnées, quand mon sixième sens s’est mis en alerte. J’ai alors scanné le secteur de manière plus étendue et j’ai obtenu un bip à mes six heures qui semblait sur la même trajectoire que moi. J’ai éteint tous les systèmes non vitaux et me suis fondu dans le décor. J’ai attendu là, dans le noir, et en le voyant, il m’est rapidement apparu qu’il recherchait le même vaisseau que moi.



Voyez-vous, l’un des inconvénients de l’utilisation d’un vaisseau de transport légitime pour faire de la contrebande c’est qu’il y a un tas de gens biens qui vont aussi rechercher l’épave. Quelques fois il s’agit de ferrailleurs, mais le plus souvent ce n’est pas le cas, ce sont ces saletés de charognards sous contrats avec les compagnies d’assurance. Ils recherchent toujours les boîtes noires pour que, quelque soit le problème survenu, les compagnies puissent clamer leur innocence et s’assurer qu’elles ne soient pas tenues responsables.



Heureusement, il apparaissait que je n’avais qu’un seul concurrent qui recherchait le même vaisseau que moi. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas d’autres qui allaient arriver. J’ai attendu là, en grignotant quelques Chicha’s tout en réfléchissant aux différentes options que j’avais. Faire un saut quantique jusqu’aux coordonnées n’aurait fait qu’attirer l’attention du vaisseau exactement là où je ne voulais pas qu’il aille, donc j’ai écarté ce plan.



Une attaque surprise pouvait marcher. Avec l’ECN en panne, je pouvais frapper rapidement et mettre le vaisseau hors d’état de nuire sans déclencher l’alarme. Mais bien que je n’ai pas de soucis pour faire le boulot moi-même, je n’ai pas très envie de créer plus de bazar que ce qui est absolument nécessaire. De plus, j’avais besoin de récupérer la boîte noire du vaisseau pour effacer mes traces. Ça pouvait marcher, mais ce n’était pas l’option la plus rapide ou la plus propre.



À la place de cela, j’ai juste attendu là, espérant que le vaisseau ne scannerait pas le secteur de manière aussi précise que je l’avais fait. J’ai beau aimer les bons combats, j’ai appris que la meilleure chose était parfois de ne rien faire. Et ça a été exactement le cas.



À mesure que ce vaisseau se rapprochait, je me préparais à faire volte-face au cas où j'aurais eu à prendre les choses en main. Mon doigt était sur l’interrupteur quand l’appel de détresse du transporteur rempli de Nox a jailli de mes écouteurs. J’ai vu le vaisseau qui approchait rapidement changer de course et faire un saut quantique, il n’a jamais su à quel point il était proche de rencontrer sa fin.



Après la disparition du vaisseau, j’ai réalisé quelques scans rapides afin d’être sûr que l’horizon était bien dégagé, puis j’ai remonté la piste du transporteur jusqu’aux coordonnées que j’attendais pour investiguer. Bien sûr, l’épave du vaisseau que je traquais s’y trouvait. Il m’a encore fallu un peu de temps pour mettre la main sur la boîte noire, mais j’y suis arrivé. J’étais parti depuis longtemps avant que la poussière ne retombe sur l’inaptitude du capitaine Bane. Une fois les logs de la boîte noire analysés, il ne s’était passé qu'une journée depuis l’attaque du transporteur. Il me restait simplement à récupérer mon dû bien mérité.



< bip d'un capteur >



En fait, il semble bien que je sois sur le point d’arriver. N’oubliez pas les gars, emmerdez-moi et ce sera la dernière chose que vous ferez. Jester, terminé.


Source de cet article | Traduit par WRichter, relu par Lutenar, Pimmie
©2017 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)

Bienvenue sur le site de la TradTeam !

Vous trouverez ici l’actualité de Star Citizen traduite en français.

Vous pouvez soutenir notre initiative en votant sur le Community Hub ou en contribuant directement via notre Tipeee !