< Retour à la liste des traductions

DISCOVERED : La meilleure erreur


La meilleure erreur




Le Discovered d'aujourd'hui extrait des archives du Centre Impérial de Cartographie dans le but de partager une histoire des premiers jours de l’organisation (quand elle était encore connue sous la dénomination d’Agence de Cartographie du Gouvernement). Nous écouterons un enregistrement du chef d’expédition Seline Novikov lui-même sur les mystères découverts lors de l’établissement de la première cartographie d’Hadès II.



Début des
enregistrements :





2534.07.11_02:27 TTS



Après 85 heures de silence, j’ai finalement eu un mot de la part du bureau. Il semble qu’il y ait une raison pour que les drones de communication aient été si inactifs. Il semblerait que les premiers schémas de saut ne soient pas aussi stables qu’on l’avait d’abord pensé. Un vrai réconfort d’entendre ça après que vous l’ayez déjà traversé, non ? Donovan tente de retracer un passage plus sûr, mais ça va prendre du temps. On devrait s’en sortir avec les communications limitées et nous avons indéniablement assez de provisions pour tenir jusqu’à ce qu’ils puissent faire passer un transport, même s’il y aura sûrement quelques plaintes sur le fait de ne rien avoir à manger, hormis des « heat-em-ups » (NdT : plats préparés prêts à être réchauffés) la semaine prochaine. Non, notre plus gros problème est que nous n’aurons pas l’équipement supplémentaire dont nous avons besoin pour démarrer les scans détaillés de la surface de la troisième et de la deuxième planète. Pas le genre de départ que j’espérais pour ma première fois en tant que chef d’expédition.



Par curiosité, Jans m’a bricolé deux de nos packs de scan avec des protections environnementales pour voir si nous pouvions obtenir une quelconque information intéressante pendant notre attente. Cependant, le paquet largué sur le monde deux s’est retrouvé obstrué au bout de quelques minutes et a arrêté d’émettre. Le paquet du monde trois, quant à lui, n’a même pas atteint la surface. Je suppose que nous allons pouvoir laisser les rapports mentionnant « cendres » et « cratères » tels quels pour le moment. Voilà qui va repousser l’analyse de ressources au-delà de l’agenda prévu, mais j’espère que les huiles comprendront.



Le côté positif, c’est que jusqu’à ce que le saut soit remis en ordre, nous aurons une excuse légitime pour concentrer des ressources supplémentaires sur le retour de données venant du monde coupé. Qui sait, peut-être qu’avant que les autres équipes n’arrivent nous seront parvenus à déterminer ce qui a rompu la quatrième planète en deux.



2534.07.13_22.44 TTS



Jans a presque arraché mon écoutille en essayant de me réveiller. J’allais lui hurler qu’il me dérangeait pendant mes heures de repos quand j’ai vu le datapad que, tout excité, il me collait à la figure. La sonde du monde deux avait survécu. C’est un signal faible, mais bien là. La meilleure théorie que nous avons échafaudée ensemble est que les cendres de l’atmosphère comportent des traces de kherium et quand la tempête bouge le signal est perturbé. Nous n’avons pas capté grand chose avant que les cendres bloquent de nouveau le signal, mais la météo montre que nous allons avoir un nouveau répit dans quatre heures.



2534.07.14_07:03 TTS



Je suis complètement épuisé, mais toujours trop excité pour dormir. La météo avait raison et nous avons eu une autre rafale de données avant que la fenêtre ne se referme encore. Quand nous avons jeté un rapide coup d’oeil aux données, Gibson a remarqué que ce que nous avions d’abord considéré comme des déformations du sol sur les scans orbitaux étaient en fait des structures. Après trois heures d’analyses et de débats intenses, Gibs nous avait tous convaincus ; ça ne s’était pas fait naturellement. Ce qui veut dire que quoi que ce soit, c’est sûrement fait de la main de l’Homme. Bon, certainement pas d’un « Homme »... Je veux dire, à moins de trouver où l’Artémis s’est écrasé, nous parlons potentiellement d’une espèce extra-terrestre civilisée.



Jans a voulu qu’on désigne une équipe pour descendre et aller voir, mais pas moyen de s’accorder là-dessus. J’ai argué du fait qu’on avait tendu l’oreille depuis que nous étions arrivés sans entendre le moindre gazouilli, donc s’il y a quelque chose là en-bas, ils ne semblent pas enclins à la discussion. De plus, avec ce qui s’est passé avec les Xi’an, je suis plutôt sûr qu’on risquerait non seulement de perdre nos boulots mais aussi de se retrouver derrière des barreaux pour avoir effectué un premier contact non-autorisé. Gibson et Jans nous ont fait tous deux des discours passionnés sur le fait que c’était la chance de notre vie de faire l’Histoire. Même Lace soutenait l’idée d’aller jeter un coup d’oeil alors qu’il est du genre à ne pas écouter de musique en service parce que c’est contraire au règlement.



Je n’ai pas cédé. Même si je veux descendre voir ce qu’il y a en bas, notre boulot c’est l’analyse de données. Peut-être qu’une fois l’équipe de surface arrivée et qu’elle aura eu l’opportunité de quadriller la zone, nous aurons le feu vert pour aller voir par nous-mêmes.



2534.07.14_07:37 TTS



J’ai regardé les scans. La structure semble créer un réseau. On peut commencer à voir des connections et des branches qui se connectent et s’éparpillent. Je me demande s’il y a des sortes de mines ? Peut-être que ce sont des chantiers de terrassement utilisés pour le transport ? Agriculture ? Pour être honnête, elles me rappellent la façon dont notre ville a été agencée autour de l’avant-poste colonial et son bâtiment principal, mais si c’est une colonie ou une ville ou un genre de ville alors…



J’ai vraiment besoin d’arrêter de m’assoir ici pour spéculer. Ca ne me mènera nulle part et je suis certain que quand quelqu’un ira en bas il comprendra. Ceci dit, ça ne sera pas facile : vous posez quelque chose là en bas trop longtemps sans le bon bouclier et vous pouvez lui dire adieu. Vous devriez sûrement installer…



Et me voilà reparti. Je vais aller me chercher une canette de café et voir où nous en sommes avec le lancement du drone pour cet après-midi.



2534.07.14_07:41 TTS



Je viens juste de réaliser que l’équipe de surface devra vraiment se dépêcher quand ils arriveront pour essayer d’éviter le moindre risque. Je veux dire, imaginez qu’on découvre que nous avons raté l’occasion de pouvoir étudier d'importants artefacts extraterrestres parce que l'atmosphère caustique les a eus avant nous. Ce n’est probablement pas un gros risque. Qui sait ? Peut-être que c’est là depuis des siècles. Mais d’un autre côté, peut-être qu’il y a un compte-à-rebours et qu’on ne le sait pas encore. Heureusement, le point de saut va bientôt ouvrir.



2534.07.14_08:16 TTS



Et puis merde, nous allons jeter un oeil. Quel est le but d’explorer l’inconnu si on ne l’explore pas concrètement ?



2534.17.16_19:12 TTS



Définitivement pas le premier contact. C’était comme si nous avions accidentellement erré dans une sorte de fosse de l’enfer : de la cendre partout, tout en ruines, rien de vivant.



Nous avons attendu une autre accalmie dans la tempête et atterri près de la sonde. Jans espérait pouvoir effectuer une maintenance sur le scanner avant de partir. Nous savions que nous avions tout au plus trois ou quatre heures devant nous. L’oxygène de nos combinaisons n’était pas le problème, le problème c’était les cendres corrosives. Sortis de la navette, nous n’avions pratiquement aucune visibilité à travers l’atmosphère dense. Nos lumières ne la pénétraient que sur quelques mètres avant d’être avalées par l’obscurité. Cela n’a pas aidé que notre portée de communication soit d’un dixième de ce qu’elle devait être à cause des résidus de kherium. Nous avons attaché une corde de sécurité pour être sûrs que personne ne se perde, et avons avancé d’un pas horriblement lent.



Même avec ces contraintes, nous avons rencontré presque immédiatement des signes de vie, mais aucune vie en elle-même. La surface était terriblement marquée, apparemment déchiquetée par un impact, mais il n'y avait aucun doute sur les fragments manufacturés qui jonchaient les débris. Les scans initiaux des morceaux sont arrivés avec des points d’interrogation. Nous avons collecté des échantillons là où c’était possible. J’ai trouvé un morceau lisse légèrement plus grand que ma main qui avait un motif particulier non répétitif gravé dedans. J’ai regardé fixement tous ses contours et je ne saurais vous dire si c’est un langage, une forme esthétique complexe, une caractéristique naturelle de l’étrange matériau, ou un mélange des trois.



C’est Lace qui a trouvé la première entrée intacte. La structure mène profondément sous terre, mais elle s’est écroulée sur elle-même presque entièrement. Rester ici à admirer la taille de la voûte et les dimensions de l’architecture m’a fait me sentir moi-même extraterrestre pour la première fois de ma vie. Il était clair que c’était un monde dont les humains ne faisaient pas partie.



Nous étions en train de débattre sur le fait d’aller plus loin lorsqu’une fuite est apparue à la combinaison de Jans. Nous devions la colmater rapidement et même une fois la rustine en place, nous nous sommes précipités pour retourner sur nos pas aussi vite que nous le pouvions. Il semblait qu’assez de choses étaient mortes sur ce monde sans que Jans n’ait besoin de les rejoindre.



Alors que je suis assis ici, ma tête tourne en essayant de traiter tout ce que nous avons vu. Une question, cependant, continue de revenir : quand pourrons-nous y retourner ?





FIN DES ENREGISTREMENTS







Seline Novikov, l’un des premiers humains à avoir posé le pied dans une ruine hadésienne, a été relevé de son poste de chef d’expédition une semaine plus tard, quand la reschématisation du point de saut fut terminée et que le GCA reçut un rapport sur l’atterrissage non-autorisé. Lorsqu’on lui a demandé si la décision de descendre sur la planète était une erreur, Seline a répondu : « Oh, oui. La meilleure que j’ai jamais commise, d’ailleurs. »







Source de cet article | Traduit par Vince, relu par Silkinael, Fougère
©2017 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)

Bienvenue sur le site de la TradTeam !

Vous trouverez ici l’actualité de Star Citizen traduite en français.

Vous pouvez soutenir notre initiative en votant sur le Community Hub ou en contribuant directement via notre Tipeee !