Rejoins la TradTeam sur Discord !
< Retour à la liste des traductions

Portfolio : l'escadron perdu








Depuis près de trois siècles, l'escadron 88 s’en est tenu à sa devise : Tenir et Servir. Le lignage de l'escadron remonte, à la seconde guerre tevarine, bien qu’il n’ait effectué aucune action notable dans ce conflit. Il est resté un moment le long de la Ligne Perry et, plus fameusement, a commis le sacrifice ultime lors de la chute de Caliban. C'est là que le 88ème a acquis son illustre et funeste surnom d'escadron perdu.



Le 88ème a été formé en 2608 alors que l'armée des Tevarin se frayait pour la seconde fois un chemin à travers l'Empire. Son dirigeant, Corath'Thal, appliquait avec brio des tactiques de guérilla pour terroriser le public humain et forcer la Navy de l'UEE à diviser ses ressources militaires bien plus puissantes. En retour, elle réorganisa ses rangs pour mieux répondre à la guerre asymétrique des Tevarin. C'est en tant que part de cette reconstruction que le 88ème vint au monde.



Classé comme un escadron de soutien, le 88ème procura son aide aux forces combattant le long des lignes de front mais aussi aux populations civiles ravagées par les attaques inattendues. De ces différentes charges de travail naquit un escadron connu comme "touche à tout" sans réelle spécialisation. Il était capable d'efficacement mettre en place une chaîne d'approvisionnement sécurisée, d’installer et gérer des balises de détection, ou même de plonger dans la bataille en un instant.



Bien que le 88ème n'ait jamais été connu pour ses pilotes de chasse, il formait certains des meilleurs officiers logisticiens. La large gamme d'assignations de cet escadron offrait à ses membres une bonne compréhension des nombreux rôles de la Navy, donnant ainsi naissance à une culture d’hommes et femmes des étoiles dévoués à rendre meilleure la Navy, à tous points de vue.



Une fois le conflit tevarin résolu, le 88ème fut réaffecté au système Castra, au milieu du XXVIIème siècle, alors que la guerre froide avec les Xi'an s'intensifiait. Bien que techniquement en dehors de la Ligne Perry, des documents rendus publics par l'Imperator Costigan, sous le coup de la loi pour la Vérité Historique de 2941, révèlent que le 88ème a participé à plus de cinquante opérations dans les systèmes de la Ligne Perry. Ils ont endossé divers rôles, mais principalement apporté un soutien logistique et ravitaillé des escadres patrouillant le long des frontières.



Une fois le traité Akari/Kray ayant apaisé les tensions avec les Xi'an et mis efficacement fin à la guerre froide, le 88ème est devenu partie intégrante de la transition de Castra d'un système militaire fermé vers un système ouvert au public. Quand les premiers convois civils ont pénétré le système, des membres du 88ème ont eu l'honneur de les guider vers le perchoir de Sherman au sommet du mont Olympe. Pour beaucoup hors de la Navy, c'était la première fois qu'ils entendaient parler du 88ème, mais tragiquement, ce ne serait pas la dernière.



L'affectation suivante



Après avoir aidé à transformer Castra en système accessible, l'escadron 88 fut encore une fois transféré. Il fut relocalisé dans le système Caliban et établit sa base opérationnelle sur Crion (Caliban II). Bien que 70 ans aient passé depuis que les Vanduul avaient arraché Virgil aux mains de l'Humanité, Caliban était toujours menacé. Le système faisait face à des attaques sporadiques de petits clans. Bien que ces attaques aient été repoussées, il était clair que le système était une cible et que les choses ne faisaient qu'empirer.



La présence du 88ème était le signe que l'UEE prenait au sérieux le fait que les Vanduul s'éloignaient du système. Mais derrière cette façade, tout était loin d'être parfait. Bien que l'escadron soit chargé de maintenir et réparer le vieillissant réseau de balises de détection du système, des documents ayant fuité suite à la chute de Caliban révélèrent que les officiers du 88ème s'étaient souvent disputés avec les haut-gradés de la Navy concernant le financement et les ressources de l’escadron. En 2878, Avery Sinaga, l’officier en charge, avait même demandé son transfert si elle ne recevait pas les moyens nécessaires à la protection de Caliban. Elle fut par la suite affectée à un autre escadron, bien que dans les années qui suivirent, elle déclarerait regretter ne pas avoir été là quand ses troupes en avaient le plus besoin.




La chute de Caliban



Officiellement, Caliban avait tout ce qu'il fallait pour se défendre seul : un vaste réseau de capteurs d’alerte avancée, de l'armement antiaérien installé dans sa ceinture d'astéroïdes, et même des patrouilles supplémentaires de milices locales pour renforcer la patrouille de routine du 88ème partout dans le système. L'infrastructure était là pour prévenir une tragédie, il y en eut tout de même une, le 7 juillet 2884.





On ne sait toujours pas exactement comment cet énorme clan Vanduul a pu s'immiscer dans le système au-delà des capteurs d'alerte, mais les pilotes du 88ème en patrouille près de Caliban IV furent les premiers à repérer les agresseurs. Un signal de détresse fut envoyé, mais le message l'accompagnant fut perdu. Le reste de l'escadron se mobilisa pour engager la menace, sans savoir combien elle serait écrasante.



C'est seulement lorsque les vaisseaux éclaireurs les plus rapides arrivèrent à portée du clan en approche qu'ils réalisèrent la véritable ampleur du raid. Au cœur de la force Vanduul, se dessinait un Kingship, long de plusieurs kilomètres et avec plus qu’assez de puissance de feu pour éliminer une flotte entière. Alors un simple escadron isolé ? Le 88ème envoya immédiatement des drones de communication pour demander des renforts. D'après la distance et le temps de réponse, l'escadron savait qu'il faudrait au moins un jour ou deux avant de recevoir le moindre soutien.



Le commandant Randall, officier en charge de l'escadron 88, abandonna rapidement la stratégie de défendre Crion pour organiser et protéger les convois civils évacuant le système. Alors qu'elle montait dans son vaisseau pour diriger les opérations, le commandant Randall dit au 88ème que le but n'était pas d'accumuler les victoires confirmées, mais les personnes secourues. "Nous devons rester inflexibles face à l'ennemi, et emmener ces personnes en sécurité. Nous sommes le 88ème. Si cela doit être fait, nous sommes ceux qui le feront."



Durant deux interminables et rudes journées, les hommes et femmes du 88ème menèrent sans peur leur action de retardement, attendant que les renforts arrivent. Bien que complètement débordés et surclassés, ils donnèrent tout ce qu'ils avaient pour ralentir les envahisseurs. Quand la 2ème flotte fut enfin en approche de Crion, ils furent choqués de trouver des survivants parmi la désolation et les flammes qui régnaient sur l’ensemble de la planète. Les pertes civiles étaient lourdes et les braves pilotes du 88ème avaient encore plus souffert. Cependant, grâce à l'incroyable sacrifice de l'escadron, des millions de civils purent s’échapper du système. La 2ème flotte accourut pour secourir tout humain qu'elle pouvait trouver avant d'abandonner le système, à son tour. Caliban est depuis resté sous contrôle Vanduul.



En dehors des condoléances aux familles de ceux qui y succombèrent, les rapports exacts des pertes restent classifiés, mais de ce que les historiens ont pu reconstituer, elles comptent parmi les plus lourdes de l'histoire de la Navy. Le plus révélateur est la dissolution de l'escadron 88, figeant son héritage dans le sacrifice de ses membres ultime pour l'Empire. Sacrifice qui lui vaudra le surnom évocateur d' "escadron perdu".







Source de cet article | Traduit par Silkinael, Darro Konicek, relu par Holf
©2018 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)