Rejoins la TradTeam sur Discord !
< Retour à la liste des traductions

La connaissance du bien et du mal : deuxième partie






Note de l’auteur : La Connaissance du Bien et du Mal : Deuxième Partie a été publiée dans le Jump Point 2.10. Vous pouvez lire la première partie ici.


« J’sa. Une dette, c’t’une dette. » Tous l’rats savent ça.



L’s’arrête d’un coup. « Tu penses que tu t’endettes en restant ici ? »



« C’po l’cas ? Qu’est c’qu’j’suis s’posée penser ? J’l’vois et j’va po juste r’ster là et… p’question… j’s’ra po vot’ sclave ! » J’commence à chercher c’mment r’tourner à l’sécurité.



J’arrête parc’que S’per M’man lève l’main. Lent. Comme qu’elle fait dans l’r’fectoire ‘vant l’repas p’r’avoir l’silence. J’m’attenda po à c’qu’elle est calme comme ça.



« Si je te donnais un moyen de rembourser ta dette, est-ce que tu resterais ? »



S’per M’man l’a dit l’vrai. L’a d’taff, assez p’r r’broquer m’dette. Zarb un peu, po comm’ l’Bazaar, j’verrouillé ça. L’mieux plan c’d’rester ‘vec l’Sœurs. Y’a d’règles, m’po comm’ celles d’Bleus ou d’Chefs d’Bazaar. J’trave m’t’nant qu’l’Sœurs s’po l’Gouv. Si z’étaient l’Gouv, l’donn’raient d’kits-H, comme que l’Gouv.



C’t’un problème ça. L’gros z’ont d’problèmes quand l’rats z’ont po d’Hygiène. L’kits-H z’ont d’trucs comme l’rasoirs. L’rasoir c’pour raser m’tête. J’b’zoin d’rasoir et j’en a po. M’tête l’a du d’vet d’jà. C’veut dire b’coup d’dans l’rue. V’dire qu’l’rat y va contre l’rimes et l’honneur. V’dire qu’y lâche p’t’êt’ l’affaire. L’rampants pis l’sclavagistes y visent et tombent su’l’têtes à d’vet.



J’sors d’ma chambre et j’rage un peu sur S’per M’man p’r ‘voir un d’rasoir. S’per M’man l’ma presque crié d’ssus. Pis j’couru à m’chambre.



J’l’a imaginée passer l’porte et m’trangler. J’vu un rampant l’faire une fois.



S’per M’man, l’m’a d’mandé face, ‘près, « Qu’est-ce que tu ferais avec un rasoir, ma petite ? Pourquoi en as-tu autant besoin ? »



L’Sœurs et S’per M’man, l’z’ont po l’idée. J’raille d’voir crié et j’suis tendue. J’rate presque l’d’mande.



« Ça qu’j’fa ?! Raser m’fichue tête ! Quoi d’tain d’aut’ Vioque Folle ? Quoi d’aut’ que qu’j’faire ‘vec ? Savez comment qu’l’rampants l’z’aiment ? »



« Tes cheveux sont un danger pour toi ? » S’per M’man l’d’mande.



« L’ch’veux trop longs et t’fais po long. Dors po plat, l’rampant t’aura. Mange l’pâte nutri ou t’es fini. L’rimes t’apprends, t’vis longtemps. On reste ensemb’ par m’vais temps. Stocke d’crédits, t’s’ras r’froidi. »



S’per M’man r’gard’ l’z’aut’ Sœurs dans l’porte d’ma chamb’. Une met s’main d’dans son sac et sort un kit-H fermé comm’ l’genre qu’j’prenais au dispensaire tous l’mois. S’per M’man l’prend et m’l’tend.



J’l’trappe sans la r’garder et j’va dans l’coin d’la pièce et l’r’flecteur su’l’mur. Grand r’flecteur mais j’po b’zoin d’beaucoup et j’m’assieds par terre. L’dos vers l’porte mais j’peux l’voir d’dans l’r’flet. L’m’matent p’dant qu’j’m’rase l’duvet su’l’tête rapide, comme qu’les rats font. L’Sœurs d’dans l’porte décalent une par une jusque qu’y’a plus qu’S’per M’man.



« C’est triste à voir, » S’per M’man dit bas. « Les cheveux roux sont si rares. »



J’finis l’dernier coup ‘vant que j’réalise c’qu’elle dit.



M'tourne et l'vise. « Vrai ? »



« Oui. Très. »



J’sa po p’quoi, mais c’r’gard d’S’per M’man m’glace p’dant d’jours.



* * *



C’marrant, m’t’nant j’a d’Sœurs qu’viennent et m’d’mandent si j’peux r’parer d’trucs p’r’elles. C’d’après l’a chaqu’fois un truc plus dur à r’parer. D’fois c’basique et gros. D’fois c’complexe et p’tit. L’bougeur d’air vers d’chambres qu’s’arrête. L’terrupteur s’lénoïd’sur une machine qu’pété. Une lumière qu’a lâché d’dans l’couloir. D’fois, c’t’un mobiGlas d’genre qu’les stell’ z’ont. N’aut’fois un moteur qu’bugue. Chaqu’fois c’t’un truc qu’j’a j’mais vu ou j’mais r’paré ‘vant. J’m’dis qu’les Sœurs l’savent po. J’prends l’tech et l’équip’ment p’dant qu’j’taffe.



J’verrouille t’jours po l’perspective d’Sœurs. J’pense aux Chefs, ou aux rampants ou l’sclavagistes p’dant qu’j’taffe comme un rat. J’magine c’que j’pourra entend’ su’l’rues ‘tour d’Bazaar. Po facile d’rester assez maligne pour po faire c’fiance aux choses qu’r’ssemble à d’rumeurs d’rue. Même si l’viennent d’mwe.



J’a d’compos et d’l’équip’ment à r’parer p’dant d’jours quand S’per M’man s’ramène à m’boutique.



« Suis-moi, » qu’elle dit. S’tourne et m’guide d’dans l’couloir jusqu’à l’premier étage et va vers l’grande porte qu’j’a po encoré été. « Ton choix de rester ici est courageux, et tu as tenu parole en n’essayant pas de partir à nouveau. Je pense qu’il nous faut faire un geste de bonne foi en retour. »



L’atteint l’porte. L’m’r’garde pa’d’ssus d’son épaule pis l’appuie s’main s’l’bouton d’l’porte. L’porte à joint d’pression glisse vers l’derrière pis su’l’côté. L’robes d’Sœurs bloquent t’jours l’vue ‘vant qu’j’vise normal’ment. C’te fois S’per M’man r’cule et m’pousse presque d’dans.



L’lumière quand qu’j’rentre m’veugle un peu.



Pas tant brillant mais plus d’lumière qu’d’dans l’couloir. J’r’garde l’sol. C’du métal sombre comme que d’dans l’couloir mais plus prop’. Po d’poussière. Po qu’plus prop’, l’plus prop’ qu’j’a j’mais visé. Neuf ? Quand que j’pense qu’mes yeux s’t’habitués à l’lumière j’regarde plus haut.



J’peux po respirer.



L’rangée sont hautes d’trois rangs. ‘Moins dix mètres. L’rangs s’larges et si longs qu’j’peux po voir l’fin d’puis l’porte. Z’ont d’livres comme qu’d’dans l’z’images. J’jamais visé d’vrai ‘vant. Vieilles infos ça. D'VIDs et d’s’ports d’médias d’plus d’genres qu’j’connais. V’la p’quoi y’a d’Sœurs qu’passent d’jours d’dans.



J’sursaute un peu quand qu’S’per M’man jacte et casse l’silence.



« Tu peux venir ici quand tu veux, ma petite. Cette bibliothèque est notre lieu le plus sacré, mais la liberté d’accéder à la connaissance est tout aussi sacrée pour nous. Nous avons été négligentes de t’empêcher d’y accéder. Nous avons toutes sortes d’informations ici. Ce qui est conservé dans le caveau sacré n’est que pour les membres de l’Ordre sous le sceau du confessionnal, mais tu peux explorer tout le reste. La porte s’ouvrira à présent pour toi et les Sœurs seront toujours prêtes à t’aider si tu as besoin de quoi que ce soit. »



« C’m’fait une belle jambe, m’dame. J’sa po lire. »



Comment qu’ça s’fa qu’chaque fois qu’S’per M’man m’sourit comme ça qu’j’crois qu’l’va pleurer ?



L’tourdie comme si qu’l’a été frappée fort. « C’est… Je pensais… je veux dire, avec tes capacités. Il va falloir… hmm… Je suis stupide. »



S’per M’man m’fixe. Comme si qu’j’suis un fantôme ou quoi. L’baisse l’tête et marmonne un truc qu’j’entends po. Quand qu’elle m’r’garde encore l’a l’air d’rager d’rrière s’z’yeux. L’s’éloigne d’la porte et pointe l’couloir. L’m’amène quelqu’part, mais j’sa po où qu’on va.



J’pensa qu’j’sa tout l’manoir maint’nant mais S’per M’man stoppe d’vant une porte qu’j’a j’mais été. L’ouvre et fait comme que j’dois entrer. Petit. Y’a un bureau et un écran VID su’l’mur. P’têt l’moitié d’l’taille d’ma chambre.



S’per M’man va à l’écran et appuie su’l’bouton su’l’côté. Flash pis y s’allume. ‘Près l’z’écrans d’charg’ment, une humaine d’ordi vid ‘rrive d’su’l’côté comme qu’si l’entrait comme qu’une vraie personne. J’vise un truc bouger en haut d’l’écran. L’cam a fini d’viser l’pièce, s’verrouille sur nous.



« Je vous ai amené une nouvelle étudiante, » S’per M’man dit. L’arrive presque à cacher sa colère.



« P’quoi qu’l’Dame rage ? » j’pense. « P’c’qu’elle sa po qu’j’sa po lire ? »



L’Dame d’l’écran Vid s’met à jacter. « Une étudiante. Quelqu’un à qui il faut enseigner. Très bien. Où dois-je commencer ? »



« Au début, » S’per M’man dit.



« Parfait. Et vous êtes l’élève ? »



L’cam bouge juste ‘ssez pou’qu’j’sa qu’me verrouille.



J’r’garde S’per M’man et l’me r’garde juste. L’z’yeux un peu mouillés. J’pense j’dois répondre.



J’suis presque glacée. L’école c’danger d’mort pou’l’rat d’rue. L’z’écoles d’Gouv s’gratuites mais s’tu passes d’revs là t’feras j’mais assez. D’rats faminent parce qu’ils font po d’affaires.



J’sa assez pou’savoir l’nombres. J’sa assez pou’parler l’bien et l’escroc. J’sa assez pou’r’parer l’équip’ment. ‘Duqué à l’école ? Comme d’z’Hauts ? Comme mon lit ?



« Ouais. » C’tout c’que j’a l’idée d’dire.



L’prog d’l’écran s’met à jacter encore. « Veuillez vous asseoir, étudiante, nous allons commencer. »



« Le programme t’enseignera si tu choisis d’apprendre. Il peut aller aussi vite ou aussi lentement que tu en as besoin. Tu peux considérer ceci comme un travail pour nous également. »



S’per M’man dit plus rien et décale.



C’quoi qu’a fait rager S’per M’man ? Et faut qu’j’écoute l’prog d’l’ordi ? L’prog d’éduc doit marcher bien alors. Po l’temps d’penser au danger d’apprend’ trop. J’a un nouveau taff d’la dame. J’a jamais taffé comme ça d’ma vie.



* * *



J’trouvé une nouvelle forme de faim dans c’te pièce. J’reste assise dans l’salle de classe pendant d’longues périodes. J’sors juste pour manger ou m’soulager. J’passe des heures en plus par jour que c’que je dois.



J’réalise que j’ai été privée d’informations quand on m’en donne plus que ce que je peux gérer mais moins que c’que j’veux. J’suis addict et la drogue est gratuite. L’savoir c’est pas une dette. C’est p’têtre pour ça qu’les chefs dans la rue veulent pas qu’les rats en aient. L’programme d’apprentissage m’tire vers le haut. Il fait venir de nouvelles leçons dès que j’ai fini celle d’avant.



Le prog d’éduc appelle ça « l’apprentissage à fort impact. » Des points cumulatifs, pas d’pourcentages. J’ai presque j’mais à écouter de cours. Tout est une conversation.



Anglais, grammaire, histoire de la Terre ancienne, maths, biologie, psychologie, éduc’ sexuelle, mécanique, sociologie, commerce interstellaire et activités physiques sont couvertes. Education Standard pour l’UEE. J’sais même ce que c’est l’UEE maintenant.



J’travaille à l’école 80 à 90 heures par semaine. J’passerais plus de temps si j’avais pas autant besoin d’manger et d’dormir. Et l’Sœurs veulent t’jours qu’j’répare de l’équipement. C’est compliqué entre réparer d’l’équipement où j’suis douée et vouloir apprendre dans l’livres. L’livres commencent à gagner. J’écris des essais, j’écoute d’livres, j’surveille ma santé pour l’AP. J’commence même à r’tourner à la bibliothèque pour lire des livres pour l’école.



Tellement de temps passe sans que j’le réalise.



J’rentre à ma chambre une nuit et je me vois dans le miroir. Je le fixe pendant presque une heure. J’ai loupé les centimètres que j’ai pris et les cheveux qui poussent. Merde.



Ça fait que la fille qui me regarde depuis le miroir ressemble même à une fille. Elle me ressemble, mais avec des cheveux et des nichons. Au début j’ai peur de le remarquer.



Les nichons sont encore assez petits pour les cacher facilement, mais j’ai des cheveux. Est-ce que les cheveux veulent dire ce que la rue dit qu’ils veulent dire ? Mince, je dois empêcher les connaissances de la rue de se mélanger avec les connaissances des livres maintenant. La pulsion de les raser dans la précipitation et la peur m’agrippe. J’y cède presque. Presque.



Au lieu de ça, je me mets au défi de les garder. Ça a l’air de marcher. Je fouille dans mon kit hygiénique pour trouver le peigne que je n’utilise jamais. Je regarde fixement alors que je le passe dans mes cheveux et que je sens le tiraillement sur mon cuir chevelu. Depuis combien de temps je les écarte de mes yeux ? Merde. J’sais pas. Je les ai gérés sans m’en rendre compte. Sans jamais regarder dans le miroir. Je regarde dans le kit-H à nouveau et je vois le rasoir. Toujours dans son emballage. Dans le miroir, j’aperçois quelqu’un qui me ressemble, mais différente. Elle a des cheveux roux. Les toucher, c’est comme toucher le danger. Ça fait partie de moi. C’est peut-être un avertissement pour le monde, que je suis plus dangereuse à présent.



Je m’endors avec la sensation des cheveux dans mon cou. C’est chaud. Ils ne vous le disent jamais dans la rue. Ils ne vous disent pas grand chose.



Les niveaux d’éducation se succèdent. Je commence au niveau 3. Je ne compte même pas les mois. Les jours, les nuits passent. La frustration et la colère. Le succès et l’émerveillement. Le temps que ça prend ne m’intéresse pas, ce qui est important c’est l’information. Quand j’arrive au niveau 10, j’en suis aux trucs sympas comme la tech.



Les jours semblent longs par contre. Les Sœurs passent la majeure partie de leur temps dans la bibliothèque. Quand trop d’entre elles sont dans la bibliothèque en même temps, les couloirs semblent morts. Ça m’y attire. La bibliothèque est le seul endroit du manoir qui ait l’air vivant parfois. Quand j’ai commencé à lire un peu, je me suis mise à y aller et j’ai découvert que les livres peuvent être en vie par eux-mêmes. Parfois les livres ont même des gens dedans. Certains sont vivants. D’autres sont morts. Certains sont réels, d’autres non. Je regarde ces personnages vivre, jouer, se battre et gagner. La deuxième fois que je referme un livre en cachant mes larmes, S’per M’man me surprend.



« Je pense que tu devrais faire une pause dans les tragédies pendant un moment, ma petite. Tu devrais essayer ceux-là pour le moment, » dit-elle en me guidant vers une étagère que je n’avais pas encore sélectionné au hasard pour mes assauts. « Ils ne sont pas aussi intenses, mais pourraient t’intéresser. »



Elle est bizarre parfois, mais elle me déchiffre facilement.



Je regarde l’étagère qu’elle m’a désignée et je ne vois que quelques vieux disques de stockage. Ils ont l’air anciens. « Je ne veux pas les casser. »



« Tu ne les casseras pas, ma chérie. Ils sont assez résistants. »



Avec la bénédiction de S’per M’man, j’en prends un et je l’apporte au terminal le plus proche. Ça me prend une seconde pour comprendre les connecteurs et la séquence de lancement de cette chose. Vieille, comme la plupart des choses ici. J’arrive à la faire marcher et j’ouvre le fichier principal. Dessus, il y a les manuels techniques des Tech COMM et Tech ORDI pour un vaisseau dont je n’ai jamais entendu parler. Même des schémas du moteur du vaisseau d’il y a seulement cent ans. Des instructions pas à pas, des plannings de maintenance, même des journaux de révision d’une version d’une chose à la suivante, expliquant ce qui a été modifié et pourquoi.



Tout ce qu’un stellaire voudrait connaître sur son vaisseau.



Je suis toujours un rat d’équipement, mais avec plus de compétences à présent. Ce n’est pas de la tech à démonter, mais je crée des univers dans ma tête pour les livres que je lis. Je sais que je peux faire la même chose pour cette tech. Ça et tous les boulots tech pour les Sœurs. Je sais réparer un terminal VID hors-service d’il y a cent ans, et je sais comment imaginer les choses et les rendre réelles.



Donc j’étudie. Pendant ce temps, des données techniques supplémentaires, des notes avec des indications utiles pour utiliser le terminal, même des repas commencent à apparaître à mon nouvel ermitage, au niveau du terminal de la bibliothèque. C’est exaspérant. Qui ? Qu’est-ce que je leur dois ? C’est touchant. C’est dangereux de ne pas savoir ce que je dois à qui, mais je l’accepte tout de même parce que j’ai un plan à présent. Tout ce qui aide vaut le coup d’être pris. Quand je sortirai d’ici, je ne serai pas qu’un rat d’équipement. Je serai une pilote.



Sur mon propre VAISSEAU.



* * *



Un jour, l’annonce arrive qu’un de « nos vaisseaux » vient d’entrer dans le système et est de retour. Ça me prend une seconde pour me rappeler que ce n’est pas le scénario d’un roman.



Je demande à la Sœur : « Nous avons des vaisseaux ? Et ce mot est au pluriel. Les Sœurs ont plus d’un vaisseau ?»



Je n’obtiens pas de réponse, mais elle me dit que tout le monde se rassemble dans l’entrée. Normalement, c’est juste un couloir normal. Je n’ai jamais vu personne entrer ou sortir depuis aussi longtemps que je suis ici. Je réalise à peine que la porte est là alors que je me joins aux Sœurs pour attendre.



Me tenir parmi autant de personnes au même endroit commence à me rendre mal à l’aise. Je réalise que je me suis habituée à être seule, à présent. Nous sommes toutes là, avec celles de devant en demi-cercle face à la porte. Je me dirige vers l’avant pour être près de S’per M’man. Les Sœurs se placent autour de nous pour faire en sorte de ne pas me laisser de passage direct vers la seule sortie de cet endroit. La porte s’ouvre vers l’intérieur comme elle l’a fait cette nuit-là il y a des années. Des années. Je frissonne en y pensant.



Une silhouette solitaire se tient dans l’ombre portée par quelque chose de haut dehors, soulignée par la poussière et la lumière du soleil couchant. Un casque complet dissimule son visage et le reste de son corps est couvert par une combinaison spatiale. Une combinaison lisse, noire, belle et coûteuse. J’essaie immédiatement de cataloguer la combinaison et ses diodes de statut. C’est le rat d’équipement en moi qui cherche quelque chose à réparer pour la faire payer. Ou peut-être que j’en veux simplement une comme celle-là.



Alors que mes yeux tentent désespérément de mieux distinguer la combinaison, je réalise qu’elle porte deux valises métalliques. Chacune fait environ un mètre de long et un demi de hauteur. Elles ne sont pas très épaisses, mais elles doivent être très importantes étant donné la taille de leurs verrous.



Elle s’avance vers S’per M’man et pose les valises à côté d’elle alors qu’elles s’arrêtent pour se faire face. La porte se referme derrière la nouvelle arrivée et, une fois fermée, cette dernière retire son casque.



De longs cheveux sombres tombent sur les épaules d’une jeune femme avec des yeux fatigués et bordés de larmes. Alors que la lumière du crépuscule éclaire le couloir, elle prend la parole.



« Mère Supérieure ! Je reviens avec honneur à mon Serment, avec honneur à notre ordre, librement et de mon propre choix. J’apporte la connaissance rassemblée durant mon pèlerinage. Copiée deux fois pour nous et encore deux fois pour nos sœurs de l’autre manoir. Je rends à mes sœurs le vaisseau qui m’a été donné, l’argent qui m’a été confié, ainsi qu’une importante somme supplémentaire, et je reviens dans un espoir de paix et de compréhension parmi mes sœurs. »



Les derniers mots résonnent sur les hauts murs puis s’éteignent. S’per M’man s’avance et enlace la femme. D’autres s’occupent des valises. L’une d’entre elles est transportée vers le réfectoire. L’autre est confiée à une Sœur qui se dirige vers la bibliothèque. Alors qu’elle s’ouvre pour lui permettre l’entrée ainsi qu’à la seconde valise, je la vois tourner et se diriger vers le caveau sacré, mais la porte se referme avant que je puisse voir comment elle y entre.



D’autres Sœurs dans le couloir commencent à discuter de la nouvelle femme en l’appelant la Revenue.



La Revenue et S’per M’man se dirigent ensemble vers le réfectoire. Il est trop tôt pour le dîner, mais tout le monde les suit, je fais donc de même. Je surprends plusieurs conversations à propos du « sacrement » alors que les bancs se remplissent. La Revenue se trouve à la petite table aux cinq tabourets qui restent habituellement vides à côté de S’per M’man, la valise devant elle. Elle se lève et s’incline légèrement, d’abord vers S’per M’man puis vers la pièce où se trouvent les Sœurs.



Je me demande « Depuis quand les Sœurs s’inclinent ? »



Elles font partie d’un ordre religieux, évidemment, mais elles ne sont pas comme les cultes xéno ou les adorateurs de tech. Je m’étais toujours dit qu’elles jouaient l’angle religieux pour qu’on les laisse tranquilles.



La Revenue déverrouille la valise avec une sorte de code, une clé, puis une empreinte vocale. Elle l’ouvre et révèle 20 blocs qui ressemblent à des disques de données.



S’per M’man déclame : « Le saint sacrement de la nouvelle connaissance. »



Les Sœurs répondent à l’unisson : « Que Dieu soit remercié. »



Chaque Sœur sort un mobiGlas de sa poche et le met à son bras. J’ai déjà vu certains de ces modèles, travaillé dessus. Je n’ai jamais vu autant de matériel technologique au même endroit depuis des années. C’est comme regarder des fleurs éclore alors que chacun d’entre eux s’allume.



Quelqu’un me touche. Je sursaute.



Je suis juste nerveuse. Ça fait beaucoup à intégrer. C’est une Sœur que je ne reconnais pas qui l’a fait. Son mobiGlas tout juste sorti affiche la séquence de démarrage alors qu’elle pointe du doigt l’avant de la pièce. S’per M’man qui me fait signe de venir.



Je m’approche de S’per M’man et elle se met à sourire. Ce n’est jamais bon signe. Ça d’vient dingue quand l’Dame fait ça. Elle me tend une main. « Prends-le, ma jeune amie. Nous ne voudrions pas te priver de ce moment. »



« Quoi ? »



Elle rit un peu.



« Nous allons partager l’accès aux informations que la Revenue nous a apportées, » dit-elle. « Tu peux y chercher ce que tu veux, comme tu le veux. Nous ne demandons qu’à ce que tu partages ce que tu trouves d’intéressant. Fais simplement comme les Sœurs. Cela fait longtemps que nous n’avons pas eu d’invité présent pour le sacrement, mais c’est autorisé. »



Ma main tendue s’alourdit d’un poids. Je sais ce que je rêverais que ce soit, mais que cela ne peut pas être.



« Ceci t’appartient, ma petite. C’est un témoignage de ton travail qui ont rendu même les Sœurs envieuses de ta diligence. »



Un mince boîtier noir et bleu repose dans ma main. Une inspection minutieuse ne révèle aucune marque ou logo de fabricant. Je l’ouvre comme le coffre au trésor que je sais qu’il est.



Un mobiGlas. Un modèle dernier cri avec une écriture en cristal bleu sur le côté. Le monde commence à se brouiller.



Non. C’le danger. Non ! J’va po pleurer ! Si j’pleure j’suis faible et l’z’autres vont… Je regarde autour de moi à travers mes larmes. Je vois des Sœurs souriantes avec lesquelles j’ai toujours été en sécurité. Avec qui je serai toujours en sécurité. Je ne peux quand même pas me laisser aller. Je ravale mes larmes et je regarde S’per M’man. Sans pouvoir la regarder totalement dans les yeux.



« Euh, merci, » est tout ce que j’arrive à sortir avec ma gorge serrée. Je me retourne et détale jusqu’à mon siège, souhaitant désespérément ne plus être le centre de l’attention.



La même Sœur qui avait attiré mon attention me murmure qu’elles attendront que je sois prête.



Pure panique.



Je tâtonne avec le mobiGlas et j’arrive finalement à l’allumer. Au bout d’un moment, un curseur clignotant apparaît sur l’écran. Prête.



Je regarde S’per M’man, le souffle court. Elle hoche la tête.



Soudain, j’ai froid face à la vaste quantité d’information à laquelle j’ai accès. Tellement, plus que ce que je pourrais apprendre en cent vies.



Cela prend des heures d’écouter les choses que les Sœurs trouvent ou simplement de parcourir les données. Les bancs en bois dur ne me dérangent normalement pas, mais quatre heures de rapports économiques, de nouvelles sociales et de statistiques est un long temps à rester assise avec les jambes qui fourmillent. S’per M’man se lève alors et nous congédie. Avant que je ne m’esquive vers ma chambre avec mon butin, elle m’appelle.



S’per M’man prend un air grave. Formel. J’ai un nœud à l’estomac rien qu’à la regarder. « L’avènement de la Revenue apporte avec lui une autorité qui n’est surpassée que par la mienne. De par cette autorité, une proposition de changement pourrait être présentée aux Sœurs. »



Ça ressemble à des affaires de Sœurs. Je reste en dehors de tout ça. C’t’une vieille habitude, de ne pas se mêler.



« Tu ne le réalises peut-être pas dans ta situation, ma chérie, mais la liberté est essentielle pour nous. Le libre arbitre et le droit de choisir sont plus importants que de choisir la chose correcte ou morale, » explique-t-elle. « Les informations que nous récoltons nous permettent de réaliser nos choix. Nous partageons même nos connaissances ou rassemblons des informations privées de temps en temps. Nous choisissons avec beaucoup de soin ce que nous partageons et ce que nous faisons. »



« Même le fait de prendre la parole lors de ton jugement était un choix, ma petite. »



Mon cœur manque un battement à ces mots. Nous n’avons jamais parlé de ce jour ou de la raison de ma présence ici. C’est un accord implicite. Elle ne donne pas de réponse aux questions que je prétends ne pas avoir. Ses yeux dissimulent une tristesse derrière un sourire.



« J’ai fait le choix d’interférer et de t’amener ici. Cela a contrarié beaucoup des Sœurs, mais ta présence a montré aux autres une vérité que nombre d’entre elles ne voulait pas connaître. »



J’essaye d’avoir l’air décontracté alors qu’une de mes jambes menace de s’engourdir à nouveau. Je demande : « C’est quoi ? », en craignant le problème que je sais à présent représenter. L’problème que je suis.



« Le fait que nous n’avons pas été à la hauteur pour les gens de cette planète et d’autres. Que notre appel est aussi bien d’enseigner que d’apprendre. Que notre Ordre doit enseigner aux enfants des rues, de les défendre comme ils ne peuvent le faire eux-mêmes. Nous devons utiliser ce que nous apprenons et ce qu’on nous dit pour émanciper nos frères humains. »



« Y peuvent po apprendre S’per M’man ! Ce que je veux dire c’est que… les rats des rues s’apprennent entre eux que savoir trop de choses est mauvais et les tuera. Ils sont si effrayés, tout le monde croit les rimes. Merde, il y a même des rimes sur le fait qu’il ne faut pas remettre les rimes en question. Et... »



Elle lève une main pour m’arrêter.



« Ce qui est le genre de chose que l’Ordre ne sait pas ou ne comprend pas complètement, mais toi si. »



Elle prend une profonde inspiration.



« Je n’ai jamais eu l’intention de faire de toi le centre de cet effort qui est le mien de réformer l’Ordre, mais tu as des talents si singuliers... »



La Vieille Dame s’interrompt et me fixe. Sa tristesse a disparu et quelque chose qui ressemble plus à de la puissance brûle dans ses yeux à présent.



« M’aideras-tu à créer des écoles pour ces enfants ? »



Rage, colère, joie, peur, panique, curiosité, effroi, espoir et choc me parcourent alors que je considère ce que S’per M’man vient de me balancer.



« Le choix est sacré. Nous toutes, de même que moi, ne changerons pas notre opinion à ton sujet quelle que soit ta réponse. »



Les minutes passent et mon esprit est en ébullition. Finalement, deux pensées remontent à la surface du chaos interne : S’per M’man a besoin de mon aide et si les rats apprennent le pouvoir de l’information, les rues ne les posséderont plus. Ils auront un pouvoir que je n’ai jamais eu. Peut-être même comme celui que j’ai à présent.



Une colère et une détermination que je n’avais encore jamais ressenties montent en moi et les poils de ma peau se hérissent. Je peux payer ma dette envers la rue, ma dette envers les Sœurs et la dette de tous les rats depuis Bazaar jusqu’à Backtrack.



Des « talents singuliers », a-t-elle dit. Ouais, j’en ai. Un sourire rusé s’étire sur mon visage.



Je regarde S’per M’man dans les yeux et je reconnais ce qui se trouve dans les siens, parce que je ressens la même chose.



« Quand est-ce qu’on commence ? »



* * *



Je pensais autrefois que de quitter ce lieu représenterait beaucoup pour moi, mais ce n’est pas le cas. Je ne me suis jamais sentie emprisonnée dans le couvent. Enfin, pas après avoir appris à lire en tout cas. Le monde a plus de sens à présent, mais il n’est pas différent après avoir lu à son propos.



Peut-être que c’est ce qui est arrivé aux Sœurs. Elles ont commencé à trop vivre dans la bibliothèque et S’per M’man essaie de les ramener au monde réel.



Nous décidons où et quand la première « école de rue » se tiendra. Deux Sœurs et moi nous rassemblons dans le hall d’entrée pour prendre le rail vers Bazaar Street. Je porte un des habits pour essayer de me mêler aux Sœurs de mon mieux. La zone autour du couvent n’est pas luxueuse, mais ce n’est pas non plus un bidonville. Je vois un Bleu sur le rail et j’ai un mouvement de recul alors qu’il offre son siège à une des Sœurs, comme si nous étions importantes. Des sentiments étranges m’envahissent pendant le reste du trajet sur le rail. Quand nous arrivons, j’ai tellement envie de sortir de la rame que je manque presque les changements que le Bazaar a subis.



Les Sœurs me regardent et je saisis : je suis supposée les guider. Je commence par Work Row. Les rats se rassemblent à Work Row quand les temps sont durs ou qu’ils sont jeunes et cherchent à devenir des rats d’équipement. C’est juste une allée plus large que la normale, mais elle remplit son office. Elle a beaucoup de sorties également. Comme les rats aiment. Les lieux semblent différents maintenant que je suis plus grande, mais j’arrive à nous y mener sans me tromper.



Sept ou huit gamins sont assis sur des rebords et des caisses. Je me tourne vers les Sœurs et acquiesce. Elles hochent la tête en réponse et nous nous déplaçons vers une zone au milieu des groupes où un mur est presque nu. Une Sœur sort un petit projecteur et le place sur le sol. L’autre se positionne près d’elle et connecte son mobiGlas. Certains des rats s’approchent, curieux de la technologie. Ils se dispersent alors que j’avance vers la projection sur le mur et que j’abaisse ma capuche.



« Nous aimerions vous enseigner ce que vous voulez savoir, » dis-je en essayant d’englober dans mon regard autant d’entre eux que possible.



Un des plus âgés prend la parole. « Ah ouais m’dame ? Et quoi qu’vous fa penser qu’z’avez c’qu’nous l’rats on veut ? Et quoi qu’ça coûte ? L’tech lux’ d’Haut qu’z’avez c’po gratos. C’verrouillé. J’vérif’. »



Une plaisanterie et un défi. Qu’est-ce que ça coûtera ? Comment leur dire que cela ne leur coûtera rien ? Gratuit se traduit par crédule. Pourquoi est-ce que je n’y ai pas pensé avant ? Il faut que je réponde vite sinon ils pourraient être effrayés et partir.



« Parce que… C’que l’rat comme qu’toi l’a po c’qu’on peut apprend’. J’sa ça verrouillé c’que j’tais un rat et l’Sœurs m’ont appris plus qu’les rimes. Po d’coût. Po d’dette. Tout c’que c’prend c’du temps. » C’est difficile de forcer ce qui me venait autrefois si naturellement et ce que je dis est un mauvais mélange de langage de rue et de langage normal, mais ça pourrait marcher.



Les enfants échangent des regards. Je pense que je les ai plus surpris avec ma façon de parler, qu’avec ce que j’ai dit.



« C’dingo. T’es une vioque rat ? » demande ensuite un petit.



Ils parlent ! Ne gâche pas ça.



« Vioque rat ? Oui. Dingo ? Nan. Quoi qu’tu veux s’voir, p’tit ? »



Le petit qui a parlé s’éloigne et revient avec un autre enfant à l’air maladif. L’enfant malade montre une grosseur sur sa peau.



« C’quoi ça, l’vioque ? »



Ça ressemble à un kyste ou à une irritation peut-être, mais ça pourrait être quelque chose de pire. Merde. « C’po beau. Faut ‘ller aux docs, m’po là. L’docs d’Bazaar doiv’ payer l’chefs. Prend l’rail trois stops et va au doc su’l’rue d’gauche. Comme que qu’j’suis v’nue. L’soin gratos comme l’docs doivent. Truc qu’s’voit comme ça, y doiv’ l’soigner. Vrai verrouillé, ça. »



J’essaie de donner mon pass pour le rail au gamin malade. L’autre le repousse.



« N’a assez d’creds pou’ ‘ller su’l’rail. T’sûre qu’doiv’ l’soin si on va, même nous l’rats ? »



« Oui. Y doiv’ l’faire. Sûr verrouillé. »



Les yeux de tout le groupe me jugent ainsi que mes mots pendant ce qui paraît être une éternité. Finalement, les deux s’éloignent et le reste de notre classe les regarde partir.



Le plus âgé reprend la parole « Quoi qu’d’aut’ qu’z’avez à nous ‘prend nous l’rats, l'Sœur ? »



Acceptation ? Pour le moment du moins. J’ai payé notre droit d’entrée en aidant ces deux là. Ils vont nous laisser essayer. Je repousse un souvenir alors que je me demande si j’aurais laissé les Sœurs m’enseigner si j’avais encore été dans la rue. Nous avons affaire à des courageux.



Je demande dans un sourire : « Quoi que v’lez savoir ? »



* * *



À présent, je quitte le couvent avec un groupe de Sœurs chaque semaine. Certains enfants des rues, nous ne les appelons pas des rats, ont même intégré l’école à leur routine. Pas à chaque fois évidemment. Être trop prévisible peut vous faire tuer dans la rue. Certains ne reviennent jamais. À chaque fois que ça arrive, je fais des cauchemars jusqu’à ce qu’un enfant absent depuis des semaines revienne. Je ne montre jamais mon soulagement, de peur de les effrayer en les distinguant. Les enfants des rues n’utilisent pas de noms, et même le fait d’être reconnaissable est dangereux. Se fondre dans le groupe protège tout le monde. J’ai dû arrêter quelques Sœurs qui imaginaient des surnoms et assignaient des numéros aux gamins pour faire un suivi des leçons.



« Est-ce pour cela que tu n’as pas de nom ? » me demande l’une d’elle.



D’gât direct, ça.



J’essaie de me remettre mais le choc est déjà apparent. Je n’y ai jamais pensé avant.



« Je ne sais pas » est tout ce que j’arrive à prononcer. Puis je change de sujet pour revenir à l’école.



L’appeler école est un peu exagéré. Les Sœurs et moi nous rencontrons dans une large allée avec quelques enfants des rues. Nous avons essayé de commencer avec des compétences basiques en langue, mais ces gamins sont trop pragmatiques pour ça. Le programme d’apprentissage que j’ai utilisé est trop rigide pour eux. Les enfants veulent des informations qu’ils peuvent mettre en application immédiatement. Nous leur enseignons donc ce qu’ils veulent apprendre ou ce que nous pensons pouvoir les intéresser : leurs droits légaux s’ils sont arrêtés. Le prix actuel pour un composant sur le marché légal. Comment obtenir un pass de rail ou un examen médical gratuit. Comment compter la monnaie et écrire les nombres. Le genre de chose qu’un enfant des rues peut utiliser d’emblée ou pour s’améliorer. Ça a l’air de marcher. Ils ont l’air d’apprécier et ramènent d’autre avec eux quand ils viennent.



Les rimes sont notre plus gros obstacle. Quand j’étais dans la rue, il ne se passait pas une journée sans que l’une d’entre elles me sauve la vie ou m’aide à me débrouiller. Tous les gamins des rues traversent le même genre de vie que celle qui était la mienne. À présent, une « Vioque Rat » comme moi leur demande d’oublier ce que certaines rimes disent ou même d’aller à leur encontre ? Parfois, je me déteste, en imaginant que cela pourrait les blesser ou les tuer.



S’per M’man avait raison de penser qu’elle aurait besoin de mes talents singuliers. Le langage de rue est lourd et quasiment incompréhensible pour la plupart des Sœurs. Parfois je sers d'interprète dans les deux sens. J’ai commencé à l’enseigner aux Sœurs les plus aventureuses, mais cela prend du temps et c’est frustrant.



Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais un soir en travaillant avec un nouvel enfant, en lui apprenant à rester propre, je lève les yeux et toutes les autres Sœurs sont parties. Nous avons tendance à venir en groupe et partir au fur et à mesure de la journée. Je suis une des dernières la plupart du temps, mais je n’ai jamais été seule. Je n’sa pas pourquoi mais c’me fa peur un peu.



Quand la leçon est terminée, je remonte ma capuche et je commence à marcher vers la gare. J’ai ce sentiment de malaise et je commence à marcher plus rapidement. J’entends un bruit soudain sur ma gauche et je tourne la tête pour regarder, mais la capuche bloque mon champ de vision. La panique monte, et j’accélère. Le train est là mais alors que j’approche les portes se ferment et il part. Le prochain sera dans 20 minutes.



Je reprends haleine en m’appuyant sur le kiosque à tickets.



Que se passe-t-il ? De quoi ai-je peur ? De marcher seule ? Mon esprit s’éclaircit juste assez pour me permettre d’être en colère contre moi-même. Au moins un enfant des rues a dû me voir paniquer et posera une question à ce propos la semaine prochaine. Peut-être même que ça va en effrayer certains pour un moment. Suis-je réellement si stupide ?



Cette pensée m’occupe quelques minutes. Le soleil se couche, mais j’essaie de me détendre alors que j’attends.



Puis quelqu’un s’approche de moi.



« Oh, z’êtes t’seule, Sœur ? L'est po un peu tard ? » demande l’homme.



Les étrangers ne vous abordent pas comme ça à Bazaar Street.



« Ou p’t’être qu’z’êtes po une Sœur. Hein, l’rat. Ouais. T’jours un rat d’rue. » L’homme fait quelque pas supplémentaires vers moi et s’arrête à nouveau quand je recule.



Qu’est-ce qu’il a dit ? Toute la panique d’il y a quelques minutes se rallume dans mon esprit et me rend rigide. J’a mêm’po d’ferrail’.



Je me tourne pour regarder l’homme pour la première fois. Il est rustre et a l’air pauvre, mais mieux vêtu que ce à quoi je m’attendais. Il est rasé mais sans trait distinctif. Je vois l’ombre d’un visage dont je me souviens bien.



Chef Dirk.



« T’souviens d’moi ? Bien. J’me souviens d’toi, Rat. J’me souviens qu’t’as une dette envers moi. »



À SUIVRE









Source de cet article | Traduit par Lomelinde, relu par Silkinael, Lubuwei
©2018 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)