Rejoins la TradTeam sur Discord !
< Retour à la liste des traductions

Guide Galactique : Système Gurzil



Guide galactique : le système Gurzil






Comment notre système solaire s’est-il formé ? Comment naît une planète ? Les questions de ce genre sont un fléau pour les penseurs et les scientifiques. Même lorsque l’humanité fait ses premiers pas vers les étoiles à la fin du XXIe siècle, l’étude des premiers jours de notre système est surtout théorique ou séparée par des milliers d’années-lumière. Il faut attendre le XXVIe siècle et des dizaines de systèmes explorés avant de pouvoir en trouver un aux premiers stades de développement, un système où l’on peut étudier le phénomène de près et mieux comprendre les réponses aux questions posées depuis l’antiquité.



Malheureusement, la peur et la paranoïa de l’époque restreignent l’accès scientifique au système et le maintiennent dans un brouillard de guerre pendant près de trois cents ans.



LA MER SOMBRE




Le milieu du XXVIe siècle est une période compliquée dans l’évolution de l’humanité vers les étoiles. Les progrès technologiques rendent les scanners de points de saut beaucoup plus abordables pour le public, permettant ainsi à un nombre croissant de civils de rivaliser avec les éclaireurs « professionnels ». Cette période d’expansion rapide s’arrête brutalement lorsque Gaia Planet Services commence à terraformer une planète dans ce le système ultérieurement connu sous le nom de Pallas, sans se rendre compte que la planète est déjà habitée par une autre espèce. Les cinquante-sept jours suivants permettent à l’humanité de faire connaissance avec l’empire xi’an d’une manière propice à la réflexion, alors qu’ils négocient la libération des terraformeurs.



Pendant les premières années qui suivent l’incident de Pallas, il n’y a que deux systèmes connus reliés à l’espace xi'an. En 2531, Teesa Morrison découvre le point de saut Baker-Hadur. Bien qu’on lui refuse la reconnaissance inhérente à la découverte d’un nouveau système, elle profite d’une brève période de célébrité après que ses images de vol se retrouvent dans les NewsOrgs. Dans ces derniers, ses exultations sonores après avoir réussi le saut se transforment en cris de peur lorsqu’elle se retrouve face à une flotte de navires militaires xi'an de l’autre côté.



La prospection des points de saut se complique considérablement. En réponse, l’UPE créé la Government Cartography Agency (GCA) pour consolider ses efforts de recherche de points de saut et de cartographie des nouveaux systèmes. Elle met également en place une série de politiques intensives pour s’assurer que chaque NavJumper militaire soit formé aux protocoles et procédures diplomatiques afin d’éviter tout conflit potentiel.



Dahunsil Kosoko n’est pas du genre à être découragé devant le danger. Après avoir passé huit mois à se remettre d’un crash qui lui a coûté une jambe, Kosoko sort de la station médicale de Prime, prend quelques Toreador’s pour le déjeuner et s'achète un nouveau vaisseau.





Après avoir récupéré du ravitaillement, il se dirige vers le système Hadrian (alors appelé Nivelin) dans le but de « scanner son chemin à travers l’univers ». Il n’ira pas si loin. Après seulement trois semaines de scans intensifs en 2539, il découvre un point de saut dans le système Gurzil. Arrivé de l’autre côté du saut, Kosoko s’attend à trouver une flotte xi'an en attente, mais trouve quelque chose de beaucoup plus impressionnant : un disque protoplanétaire de gaz et de minéraux tourbillonnant autour d’une étoile de la séquence principale de type K.



Le système est sans doute la découverte scientifique du siècle, offrant à la communauté des chercheurs un accès sans précédent aux fondements d’un système. Kosoko dépose son dossier de découverte pour nommer le système Odara, d’après sa tante, mais malheureusement, l’UPE intervient. En 2542, alors que les enquêteurs de la GCA évaluent encore le système, un vaisseau éclaireur xi'an apparaît dans le système via un autre point de saut (jusqu’alors inconnu).



Le xi'an s’avère être un autre explorateur, peut-être leur version de Teesa Morrison : si le système Odara ne fait pas encore partie de l’empire xi'an, il y est connecté. Plus précisément, il est connecté au système Rihlah, qui abrite le monde militaire Shorvu. L’UPE retire rapidement ses arpenteurs et déclare le système hors limites pour les civils.



Le système est rapidement renommé d’Odara à un nom issu des dieux de la guerre, conformément à la convention militaire standard adoptée par tous les systèmes qui composent la ligne Perry. Nommé d’après l’ancienne déité berbère, Gurzil, le disque tentaculaire de matière planétaire coalescente rend le système impossible à surveiller efficacement, donnant naissance à son nom secondaire et encore plus inquiétant : la mer sombre.



Au cours des deux siècles suivants, Gurzil est le théâtre de nombreuses opérations militaires et de nombreuses pertes. Bien que la cause officielle de ces décès soit toujours attribuée aux collisions résultant de la mauvaise visibilité, des rumeurs courent que des équipes d’assassins militaires xi'an et des poches de réfugiés tevarins se cachant dans les amas seraient en fait responsables.



APRÈS LA CHUTE




Au lendemain du régime Messer, la ligne Perry subi un changement fondamental. L’Imperator Toi tente d’honorer les promesses du traité Akari/Kray et de démanteler la ligne Perry, en divisant les systèmes entre les humains et les xi'an. Malgré l’absence de planètes, Gurzil est fortement sollicité par les membres de l’UEE pour sa pertinence scientifique et ses vastes ressources.



Une fois le système acquis par l’UEE, un débat passionnant éclate au Sénat. Avec l’adoption de la Fair Chance Act en 2795, qui garantit la protection des espèces en développement, les défenseurs de la communauté scientifique et les lobbyistes des consortiums miniers se retrouvent en désaccord sur ce qu’il faut faire exactement avec Gurzil.



Alors que les compagnies minières soutiennent l’étude scientifique dans le système, les scientifiques affirment que Gurzil doit être sous la protection de la Fair Chance Act, affirmant que sa composition et son étoile ont tous les éléments pour finalement se développer en un système avec des planètes habitables et donc, la vie. Ils croient que le fait de tenter de récolter les minéraux dans le système nuirait irrévocablement au développement du système et, par conséquent, compromettrait la possibilité que la vie se développe naturellement. Leurs homologues, cependant, font valoir qu’ils parlent d’une chronologie de millions et peut-être même de centaines de millions d’années.



L’ÉTAT MODERNE




Le débat sur Gurzil se poursuit sous une forme ou une autre depuis lors. Bien que l’UEE restreigne sévèrement l’exploitation minière dans la bande verte du système, elle ne le place pas officiellement sous la protection de la Fair Chance Act.



Indépendamment de son utilisation, le système Gurzil offre aux voyageurs un aperçu unique de la naissance d’un système solaire. En voyageant à travers le système, vous ne manquerez pas de stations scientifiques et de stations de recherche, essayant de percer les secrets de l’univers, ainsi que les opérations minières au-delà de la ligne de gel. Il est conseillé aux visiteurs d’essayer l’une des nombreuses visites scientifiques qui se déroulent dans le système.










AVERTISSEMENT DE VOYAGE


En raison du disque protoplanétaire, la visibilité à Gurzil est toujours un danger constant. Soyez prudent lorsque vous voyagez dans le système et soyez conscient de tous les dangers (naturels et exobiologiques).








OUÏ-DIRES




« C’est là que j’ai su que j’étais destiné à voler. Le fait d’avoir survécu à une chose aussi horrible et que c’était le simple fait de penser “quand pourrais-je partir d’ici“ qui m’a fait avancer au travers de ces moments particulièrement difficiles… Je ne sais pas. C’est bizarre, n’est-ce pas ? »

— Dahunsil Kosoko, 2590



« Si tu y vas, je dis qu’il y a une chance sur deux d’en ressortir. C’est le pari avec la mer Sombre. Y a peut-être même eu beaucoup de morts, à cause de cette peur. Pas moi. Je vais prendre une part égale. »

— Lt. Demian Ward, UEEN (Ret), Tueur de chasseurs : ma vie sur le front xi'an



Source de cet article | Traduit par Mael Strom, relu par Silkinael, Arma
©2018 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)