Rejoins la TradTeam sur Discord !
< Retour à la liste des traductions

Portfolio : Force de Défense de Bremen








Note de l’auteur : Ce portfolio a été originellement publié dans le Jump Point 4.10.


Avec la lancée de « l’Initiative de Mobilisation des Milices » par l’UEE, le rôle que joue la milice dans la protection de l’Empire est passé au premier plan. La directive actuelle vise à aider les milices civiles à s’armer afin de protéger leur système contre les incursions de hors-la-loi et Vanduul. Un Système dans lequel la milice a joué un rôle primordial, pendant des siècles, est celui de Bremen. Le lieu de naissance de la fameuse Force de Défense de Bremen, qui s’avère être la plus vieille milice constamment active de l’UEE.



Bremen était un système en frontière relativement calme depuis sa découverte en 2441 mais tout a changé à l’aube de la seconde guerre Tevarin. L’armada de Corath’Thal utilisa des tactiques d'insurrection pour mener une guerre imprévisible et anarchique contre les humains. Sans avoir d’informations utiles quant aux lieux et dates des attaques futures, l’UEE se trouva dans le besoin d’obtenir une force conséquente dans le but de protéger la population, qui de surcroît avait beaucoup de mal à se nourrir. C’est alors que les terres fertiles de Rytif (Bremen II) sont devenues les productrices principales de rations pour les forces de l’UEE.



Cette responsabilité entraînant une grande richesse mais également un degré inattendu de danger. Les chances d’attaques Tevarin sur Bremen étaient très minces du fait de sa localisation, mais les résidents remarquèrent l’apparition de menaces humaines. Ses hors-la-loi étaient assez malins pour éviter de s’approcher des convois militaires et s’attaquer directement aux civils enrichis par ce bond dans l’économie du système.



Phillippe Lattimore a failli perdre la vie dans une de ses attaques de bandits. Le vigoureux octogénaire était un vétéran de la première guerre Tevarin qui avait essayé de ré-incorporer la flotte quand la seconde avait commencée. Après que sa postulation fut poliment rejetée, Lattimore prit sur lui de patrouiller lui-même dans le système. Il passait ses journées à répondre aux signaux de détresses et à documenter méticuleusement son vécu.
Un jour il répondit à un appel mais se retrouva submergé par des hors-la-loi qui profitaient de leurs dernières prises. Il survécut miraculeusement à l’attaque et bien que ce ne soit pas passé loin, il ne se découragea pas. En fait, cela l’avait même rendu plus déterminé à faire cesser ce qui se passait à Bremen. Il réalisa alors une chose : il ne pouvait pas faire cela seul.



En 2605, Lattimore rencontra Arcturus Koerner, le plus grand propriétaire terrien de Rytif et, de facto, gouverneur, afin de lui demander le financement de la création de la Force de Défense de Bremen (FDB). La légende raconte que Lattimore parla pendant plus d’une heure, sans interruption, de ses expériences vécues. Il avait présenté un rapport détaillé et compilé de ses patrouilles, mis en avant les statistiques à jour de l'état de criminalité dans le système, et argumenté le fait de devoir rester tous unis afin de garder le système sûr. Une fois cela fait, Koerner posa une seule question : « De combien avez vous besoin ? »



Quelques semaines plus tard, la Force de Défense de Bremen était créée et opérationnelle. Sous le commandement de Lattimore, le taux de criminalité se trouva vite divisé par deux et diminua constamment pendant les années suivantes. Devenir un membre de la Force de Défense de Bremen était devenu un véritable fait d’honneur pour les inéligibles ou rebutés à l’incorporation de la flotte de l’UEE pendant la guerre. Une tradition de fierté qui perdure encore aujourd’hui.



DES PROBLÈMES EN TEMPS DE PAIX



Après la fin de la seconde guerre Tevarin, la demande de rations venant de Rytif pour les forces armées de lUEE avait considérablement chutée, pourtant la collectivité de propriétaire connu sous le nom de Bremen Mills ne fit pas ralentir la production. Ils étaient devenus un véritable moteur économique dans le marché du grain dans tout l’Empire, et ont rapidement changé leurs priorités vers le marché du ravitaillement pour le public. La sécurité pour ses cargaisons de nourriture était une priorité absolue, et Bremen Mills a vite réalisé que la Force de Défense de Bremen était moins chère que faire appel à des forces de sécurité privée.



Cet arrangement fonctionna relativement bien jusqu’au crash du marché céréalier en 2640. Bremen Mills souffrait d’une crise financière sévère et fût obligé de couper dans le budget de la FDB. En plus de ça, des millions de postes liés au marché du grain disparurent, et Bremen vît son niveau de population fondre. Tout à coup, la FDB se trouva au bord du précipice. Manquant de fonds et en perte de membres, beaucoup pensaient qu’elle n’y survivrait pas.



Après s'être retiré des opérations journalières de la milice à cause d'une santé vacillante, Philippe Lattimore se retrouva à nouveau fortement impliqué dans le sauvetage de la FDB. Il fit appel aux civils volontaire qui pouvaient offrir un peu de temps ou d’équipements, et sollicita le secteur privé local afin d’obtenir un support financier. Maintenant, plus que jamais, selon lui, Bremen devrait avoir une milice puissante pour protéger la population durant la période d’insécurité liée aux temps économiques.



Beaucoup s’y opposèrent jusqu’en 2642 lorsque le Advocacy’s Travel Safety Advisory System (TSAS) éleva le niveau de menace dans le système à « Moyen », le plus haut niveau jusqu’alors. Inquiet des conséquences sur la réputation paisible de Bremen, le public et le secteur privé retrouvèrent l'intérêt de supporter la défense de leur système. Et étant donné l’expérience acquise par la Force de Défense de Bremen, il fût bien plus rapide et bien moins cher de remettre la machine en marche à pleine vitesse plutôt que de redresser une force de police de Rytif amoindrie.



Les fonds venant du public et du privé furent une nouvelle fois concentrés vers la FDB et une large campagne de recrutement de volontaires fut lancée.



Certains critiquaient le fait que la force de défense principale du système ne soit pas gérée par le gouvernement, mais nul ne pouvait nier les résultats, et le niveau de menace dans le système retrouva vite son niveau initial. Cette action renforça également la tradition de Bremen d’utiliser une milice plutôt qu’une force de police traditionnelle. Ce fait était unique par rapport à ce qui se faisait dans les autres systèmes, et les révolutionnaires pourraient éventuellement en tirer avantage pour renverser le régime Messer.



LA ROUTE DE LA RÉVOLUTION



Au fil des années, de nombreuses autres milices éclosèrent à Bremen, mais aucune n’arriva au niveau de professionnalisme de la FDB. La réputation du système d’être un lieu relativement sûr persista et restait une grande fierté. C’est grâce à cette réputation que le régime Messer ne chercha pas à y installer un régime plus centralisé, et controllable, de sécurité. Avec la menace grandissante Vanduul sur un front et la guerre froide en cours avec les Xi’an de l’autre, le régime Messer ne voyait pas le besoin de changer une habitude qui avait toujours fonctionnée. Pourtant, c’était la nature décentralisée de la Force de Défense de Bremen qui a permis aux activistes Anti-Messer de l’utiliser pour leurs bénéfices.



D’après les rapports publiés lors du « Truth and reconciliation Commission », les Messers ont mené plusieurs opérations simultanées afin d’implanter des agents loyaux dans la milice afin de surveiller son activité. La milice restait sans engagement envers les décisions prisent par le régime et déviait la pression afin de détourner les faits n’étant pas directement lié à Bremen. Ils changèrent leur devise en « Bremen avant tout » et intimaient aux volontaires de ne pas discuter de la politique interne à l’Empire pendant le service. Pour éviter les associations d’idées politiques, les partenaires de patrouilles étaient sélectionnés aléatoirement à tour de rôle.



Ce type d’actions ont aidé la milice à maintenir leur autonomie à travers les siècles de la politique Messer. Tandis que l’opinion publique commençait à se retourner contre les dirigeants despotiques, un groupe courageux au sein même de la FDB, inconnus des autres volontaires, commençait à utiliser la couverture apportée par la milice pour faire passer des activistes Anti-Messer à travers le système. Cette activité atteignit son plus haut pic juste après le massacre de Garron II en 2792.



Les événements de cette époque de l’histoire de la milice ont été consignés dans « The Bremen Beltway », un récit poignant décrivant ce qu’était le quotidien du travail dans cette partie de la « Route de la révolution ». Le livre compilait des entretiens avec d’anciens membres de la milice ainsi qu’avec des activistes Anti-Messer, des extraits de journaux et des documents déclassifiés du gouvernement décrivant l'extrême danger impliquant le passage des révolutionnaires dans le système. La plupart des activistes étaient transportés de leur système d’origine vers les territoires Xi’an et éventuellement vers Nyx. Cela faisait de Bremen le port de ré-entrée dans l’UEE et une zone particulièrement sensible du voyage. Sans cette porte d'entrée sécurisée dans l'Empire, beaucoup pensent que le renversement de l’ Imperator Linton Messer XI n'aurait pas eu lieu aussi rapidement. Cela ne fait que souligner l’importance des hauts responsables de la FDB garantissant aux révolutionnaires un passage sûr dans le système.



Pour près de trois siècles et demi, la Force de Défense de Bremen servait de standard de qualité visé par les autres milices. Réalisant le compromis d’une coalition entre des volontaires dévoués et financé par d’une part des fonds publics, et des intérêts privés, la FDB a placé la barre de la sécurité dans leur système au-dessus de tout autres choses. Quand RSI a cherché à impliquer les milices dans le processus de conception du Polaris, la FDB a été leur premier appel. Les membres de la milice ont été consultés pour la conception et ont été parmis les premiers à incorporer le nouveau navire capital à leur flotte. Les responsables de la FDB ont hâte de pouvoir utiliser leurs Polaris et les assigner à la défense de leur système qu’ils se sont jurés de protéger de tous.







Source de cet article | Traduit par Krimey, relu par Silkinael, Fougère
©2018 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)